Les obligations vertes. Ce qu’il convient d’en savoir, en bref.

Pour co-financer des projets d’énergie renouvelable, d’efficacité énergétique, d’infrastructure de transport collectif, de centres de traitement de déchets…

9 milliards € sur trois ans

Le gouvernement a annoncé au mois de septembre 2016 que l’Etat français émettrait des obligations vertes dès 2017.  Le volume prévu sur trois ans est de € 9 milliards, par tranches annuelles de € 3 milliards.

Ainsi les investisseurs- a priori institutionnels- pourront acquérir des titres garantis par l’Etat français et destinés à financer des projets d’investissement « verts ».

Les premiers émetteurs d’obligations vertes ont été les institutions financières internationales, notamment la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et la banque mondiale suivies par des sociétés comme EDF, Toyota, Unilever, ou des collectivités territoriales.

Il s’agit de financer des projets d’énergie renouvelable, d’efficacité énergétique, des infrastructures de transport collectif, des centres de traitement de déchets.

L’obligation de définir avant l’émission comment seront utilisés les fonds est un engagement vis à vis des investisseurs et des porteurs de projet environnementaux, indépendamment des futurs changements de gouvernements. Les spécialistes travaillent à édicter des normes et envisagent l’intervention d’organismes de certification indépendants.

Utilisées correctement, les obligations vertes d’Etat, dites « souveraines », peuvent être complémentaires des politiques climatiques et contribuer à l’orientation des flux d’investissement vers l’économie verte.

Néanmoins, les piliers de la politique climatique resteront fondamentaux : normes énergétiques, tarification du carbone, subventions (agriculture, transports). Il y a donc un risque que les obligations vertes souveraines ne soient finalement que du « greenwashing » étatique.

Veillons, en tant que grands parents, à s’assurer que ces investissements profitent vraiment au bien-être de nos petits enfants !

En savoir plus ?

Le site officiel du Gouvernement
Maxime Combes, économiste et membre d’Attac France  « Les « Obligations vertes » ne sont pas si vertes que cela !

 

gpcf_obligations_vertes

 

 

 

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published.